Skip to main content

Chronologie de l’abandon du tabac : Qu’est-ce qui se passe lorsque vous écrasez?

Vous êtes tenté d’arrêter? Aujourd’hui est la journée idéale.

La décision d’abandonner le tabac est l’une des meilleures décisions que vous prendrez. Non seulement ce choix améliorera drastiquement votre mode de vie, mais il altérera votre santé de nombreuses façons.

Vous pouvez choisir de renoncer d’un seul coup. Les données laissent croire que neuf fumeurs sur 10 tentent d’arrêter de fumer d’un seul coup, sans prendre de médicaments ni utiliser la thérapie de remplacement de la nicotine (TRN).[1]

Une fois que vous arrêtez de fumer, certains bienfaits apparaissent presque immédiatement. Explorez la chronologie ci-dessous pour voir tous les effets secondaires positifs que vous commencerez à ressentir, à court et à long terme.

20 minutes après avoir arrêté de fumer :

Lorsque vous fumez, la nicotine cause une hausse à court terme de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque. Elle cause aussi un rétrécissement des artères.[2]

Dans les 20 minutes qui suivent l’arrêt du tabac, la fréquence cardiaque s’abaisse et la tension artérielle et le pouls retournent à la normale.[3]

2 heures après avoir arrêté de fumer :

Les symptômes de sevrage de la nicotine commencent à se faire sentir à partir de ce moment-là.[4] Ils sont entre autres : fortes envies, anxiété, tension, dépression, irritabilité et maux de tête.[5] La bonne nouvelle, c’est que ces symptômes sont temporaires, et ils commencent généralement à s’estomper dans les trois ou quatre semaines subséquentes.[6]

Certains de ces symptômes sont inconfortables, mais ils représentent la réaction de l’organisme à une dose inférieure de nicotine. Prenez-les comme un signe que vous faites des progrès.  

8 heures après avoir arrêté de fumer :

Huit heures à peine après avoir arrêté de fumer, le taux d’oxygène dans le sang est retourné à la normale, alors que les taux de monoxyde carbone et de nicotine ont chuté de moitié.[7] Lorsque vous fumez, le monoxyde de carbone trouvé dans la cigarette est responsable d’un ralentissement du débit sanguin. Ce produit chimique augmente aussi la quantité d’acides gras, de glucose et de diverses hormones dans le sang.[8]

24 heures après avoir arrêté de fumer :

C’est peut-être difficile à croire, mais après une journée complète sans fumer, le risque de crise cardiaque chute rapidement.[9]

Les personnes qui fument un paquet de cigarettes par jour présentent un risque plus de deux fois plus élevé de crise cardiaque que les non-fumeurs.[10] Et selon le National Cancer Institute, les fumeurs ont jusqu’à six fois plus de risque de subir une crise cardiaque. La bonne nouvelle : ces menaces sont maintenant derrière vous!

48 heures après avoir arrêté de fumer :

C’est le temps de fêter! Après 48 heures, il n’y a plus de monoxyde de carbone ni de nicotine dans votre organisme.[11]

Qu’est-ce que cela signifie exactement? Eh bien, pour commencer, l’absence de nicotine signifie que vos sens du goût et de l’odorat se sont améliorés. Aussi, vous respirez mieux, car vos poumons sont maintenant exempts de sécrétions et d’autres débris laissés derrière par les cigarettes.[12]

Après une semaine

C’est extraordinaire. Les études portent à croire que les fumeurs qui réussissent à ne pas fumer durant les sept premiers jours ont neuf fois plus de chances de réussir à longue échéance.[13] En sept jours seulement, vous aurez fait un pas de géant vers votre objectif qui consiste à abandonner pour de bon.

2-3 semaines après avoir arrêté de fumer :

Après quelques semaines, la circulation s’est améliorée[14] et les poumons sont détendus, vous pouvez donc respirer beaucoup mieux.[15] Vous vous sentez aussi plus énergique[16] ce qui signifie que vous pouvez faire de l’exercice sans vous sentir essoufflé ni malade.

Un an après avoir arrêté de fumer :

C’est un jalon important! Après un an sans fumer, le risque de maladie coronarienne est réduit de moitié.[17]

La maladie coronarienne survient lorsque la plaque s’accumule dans les artères. Au fil du temps, cela peut causer douleur thoracique, crise cardiaque, insuffisance cardiaque, arythmie ou, dans les cas extrêmes, la mort.[18]